Auberges, Québec, Rustique, Environnement
Mauricie, Romantique, Pittoresque, Charme
PrésentationChambresForfaitsRestauration, activités et servicesLocation de l'auberge en chalet
Sauvage, Auberge, Hotels Mauricie
Tourisme d'affairesSubtilités de l'AubergeLocalisationRéservations
Hébergement Mauricie, Rivière St-Maurice
La visite de l'Auberge   Accueil @
Hotellerie Mauricie, Champêtre
Auberge St-Mathieu-du-Lac

Auberge St-Mathieu-du-Lac


L'Auberge Saint-Mathieu du Lac, le charme à l'état sauvage

Plantée dans un décor de conte, au bord d'un lac romantique, l'Auberge Saint-Mathieu du Lac est un établissement qui séduit par son charme à l'état sauvage, son atmosphère chaleureuse et la convivialité de ses hôtes.

Cette auberge de conception artisanale, entièrement de bois avec des pièces et des meubles de création, a été construite, de main de maître, par son propriétaire.

L'ambiance très décontracté et son cadre rustique et pittoresque est dominé par l'esprit créatif des lieux.

D'où que vous soyez, vous vous sentirez chez vous, à l'Auberge Saint-Mathieu du Lac.


Centre de détente
Un centre de détente, avec spa, sauna et service de massothérapie permet à nos invités de se ressourcer dans un cadre enchanteur. Le sauna et le spa intérieurs aménagés avec goût dans une verrière donnant vue sur le lac, les terrasses extérieures et l'accès au lac vous permettront de jouir de ce décor réconciliant et complèteront votre détente à merveille.

(Voir les forfaits en toute-saison)

Restauration
- Cuisine raffinée ( plat à partir de 14,95$)
- Ouvert tous les jours pour la clientèle qui hébergent à l’auberge et de la mi-mai à la mi-octobre du mercredi au dimanche sur réservation pour la clientèle extérieure




Auberge St-Mathieu-du-Lac

«Si l'établissement neuf a déjà une âme, c'est parce que murs et plafonds sont faits de planches que le proprio a sciées, sablées et vernies, une à une, à partir d'anciennes estacades de la Rivière Saint-Maurice, ces boom qui guidaient les billots à l'époque du flottage du bois...»

Véronique Robert, Châtelaine, février 2001